La francophonie dans le monde...

Les chiffres laissent rêveur : pour 212 millions de francophones, le français est une langue officielle, utilisée quotidiennement et acquise dès l’enfance. Présente sur tous les continents et rassemblant des peuples issus de toutes les cultures, la langue française est la cinquième langue la plus parlée au monde et est enseignée dans quasiment tous les pays. En comptant les locuteurs pour qui le français est une langue étrangère, acquise le plus souvent à l’école, les chiffres montent à 274 millions de francophones dans le monde !




Le français est langue première (parlée à la maison) en France et dans les territoires d’outre-mer, au Québec, dans la Fédération Wallonie-Bruxelles, en Suisse romande et à Monaco, au Liban, au Luxembourg, en Ontario, au Nouveau-Brunswick et de plus en plus en Afrique.
En fait, le continent africain héberge plus de la moitié (54,7%) de ce premier noyau de francophones. Ce continent détient une part importante des clés de l’avenir de la francophonie. En effet, l’explosion démographique des pays d’Afrique subsaharienne et leur système éducatif, qui privilégie le français comme langue de l’école, sont le meilleur terreau de sa croissance. Tous les indicateurs montrent que le nombre de personnes ayant le français comme langue officielle dépassera bientôt celui des populations réunies par une autre langue officielle commune : l’allemand, le portugais, l’espagnol et même l’arabe.

Le français est langue seconde pour la grande majorité des francophones. Ceux-ci l’ont acquise à l’école et l’utilisent dans leurs rapports avec l’administration, le milieu médical, la justice, les activités culturelles, au travail… C’est le cas au Bénin, au Burkina Faso, au Congo, en Côte d’Ivoire, au Gabon, en Guinée, au Mali, au Niger, en République démocratique du Congo, au Sénégal et au Togo, où le français est la seule langue officielle alors qu’elle n’est pas première.
Dans les pays du Maghreb et au Liban, en Belgique (hors Wallonie-Bruxelles), au Burundi, Cameroun, Canada (hors Québec), Centrafrique, Comores, Djibouti, Guinée équatoriale, Haïti, Luxembourg, Madagascar, Rwanda, Seychelles, Suisse (hors "Romandie"), Tchad, Val d’Aoste et Vanuatu, elle partage le statut de langue officielle avec une ou plusieurs autres langues et est langue d’enseignement. Dans ces pays, la participation à la vie sociale et politique passe par la maitrise du français.

La population francophone englobe aussi quelque 50 millions de personnes qui ont appris le français comme une langue étrangère. Ceux-ci ont compris que le français, quatrième langue d’Internet par le nombre d’internautes, troisième langue des affaires, deuxième langue d’information internationale dans les médias, deuxième langue de travail de la plupart des organisations internationales et deuxième langue la plus apprise dans le monde, est un atout, une chance pour ceux qui le maitrisent.

La majorité des apprenants de français se trouve en Afrique du Nord et au Moyen-Orient. Au Maghreb, la langue française est utilisée comme langue d’enseignement pour certaines matières et à partir d’un certain niveau d’études (à l’Université). Mais les chiffres d’apprentissage du français sont remarquables dans des pays aussi divers que les États-Unis et le Costa Rica, la Russie et la Roumanie, le Brésil et le Mexique, la Syrie et l’Ouzbékistan, le Nigéria et l’Angola, l’Inde et la Chine ou encore l’Australie. En outre, les pays anglophones comme l’Irlande ou le Royaume-Uni font du français leur première langue étrangère.

Une grande part des 4,5 millions d’étudiants en mobilité internationale, dont la majorité provient d’Asie, grossit elle aussi les rangs des francophones. Après les États-Unis et le Royaume-Uni, la France est le troisième pays d’accueil choisi par ces étudiants. La Belgique et le Québec ne sont pas en reste et accueillent plusieurs milliers d’étudiants étrangers.

L’enseignement primaire en Afrique francophone fait l’objet d’un investissement particulier de l’Organisation internationale de la francophonie (OIF), qui œuvre pour en améliorer la qualité. Depuis 2012, dans huit pays d’Afrique subsaharienne, le programme ELAN-Afrique organise le fonctionnement de 423 écoles bilingues intégrant l’usage conjoint du français et d’une langue africaine et touche plus de 100.000 élèves. Pour former les 2,1 millions de nouveaux enseignants qui devront être recrutés d’ici 2030 en Afrique subsaharienne, l’OIF et l’Agence universitaire de la francophonie (AUF) ont lancé l’Initiative francophone pour la formation à distance des maitres (Ifadem). Plus de 10.000 enseignants ont suivi la formation en Afrique.

L’Agence universitaire de la francophonie organise et soutient l’enseignement supérieur et la recherche de la Francophonie institutionnelle. Spécialisée dans l’appui à l’activité universitaire en français, elle regroupe près de 800 institutions d’enseignement supérieur. À ce niveau, les cursus en français se multiplient en Europe et en Asie. Depuis 1990, l’Université Senghor d’Alexandrie est un nouvel opérateur pour la formation supérieure dans la francophonie.
L’enseignement du français ou en français dans le monde relève aussi des Alliances françaises, qui forment le premier réseau culturel associatif mondial, avec 850 implantations sur les cinq continents. C’est sur le continent américain qu’elles comptabilisent le plus d’étudiants inscrits. Le réseau des Instituts français y contribue largement à son tour. Présent dans 161 pays, surtout en Afrique du Nord et au Moyen-Orient ainsi qu’en Europe, il a pour mission principale la diffusion et l’enseignement de la langue française.

Organisée pour s’adapter aux réalités multiples des populations qui l’utilisent, soutenue dans son développement, apprise par des bataillons de nouveaux locuteurs, la langue française est un acteur non négligeable dans les transactions internationales. L’espace économique francophone n’est pas organisé en tant que tel mais les 77 États et gouvernements membres ou observateurs de l’OIF pèsent de toute leur importance quand ils expriment des positions communes sur les questions économiques. Ces pays représentent 14% de la population mondiale, 14% du revenu brut mondial et 20% des échanges commerciaux.

C’est dans le commerce mondial de "produits" culturels que les pays francophones sont les plus de performants, surtout dans les domaines de l’audiovisuel ou de l’édition. Les médias internationaux francophones (RFI, France 24, Africa 24, Euronews…) se portent bien également. C’est particulièrement le cas de TV5MONDE, la chaine multilatérale francophone. En Afrique, elle est présente dans 48 pays et regardée par 21,4 millions de téléspectateurs par semaine. Grâce à un sous-titrage en 12 langues, la chaine s’adresse autant aux francophones qu’aux francophiles.

Aux quatre coins du monde, la langue française est mouvante. Espace de création, elle se renouvèle et se transforme, elle s’adapte au monde moderne. En Côte d’Ivoire, différentes variétés du français coexistent, se concurrencent et s’interpénètrent. En Suisse non plus, le français n’est pas homogène sur tout le territoire. Les variétés linguistiques locales ont fait leur entrée dans les dictionnaires. En cinquante ans, le dictionnaire de l’Académie Française a adopté 20.000 nouveaux mots.

Mais un écueil demeure : la tendance à l’unilinguisme s’accentue au niveau international. Pourtant, le français reste, dans les textes, langue officielle et de travail de la plupart des organisations internationales. Outre le fait que l’usage abusif de la langue anglaise nuit à la qualité de l’information mise en circulation, l’absence de diversité des expressions favorise une forme d’uniformité des manières de voir. En concertation avec les États membres de l’OIF, les fonctionnaires internationaux et les organisations elles-mêmes, la Francophonie tente de lutter pour le maintien du français et du multilinguisme dans les enceintes internationales. Face à un monde aux mutations rapides, la diversité linguistique favorisant l’établissement d’une pensée riche et complexe est un défi fondamental.

Les francophones sont responsables de l’évolution du français et de sa diffusion. En juillet 2015, le deuxième Forum mondial de la langue française aura lieu en Belgique, à Liège ! À côté de la Journée internationale de la Francophonie, célébrée chaque 20 mars, le Forum s’adresse surtout aux jeunes. Cette année, il les invite à participer à diverses manifestations sur le thème de la francophonie créative, avec pour objectif de présenter la relation entre langue, pensée créative et construction de l’innovation. Un prochain rendez-vous lancé aux francophones du monde entier à noter dans les agendas…










La Maison de la Francité a pour mission d’assurer la promotion de la langue française
et de la francophonie internationale, dans un esprit d’ouverture et de modernité.


Imprimer   |   Envoyer cette page à un ami
Crédits illustrations   |   Mentions légales

Copyrigth 2015 © Maison de la Francité
COCOF
Avec le soutien du Gouvernement francophone bruxellois,
de la Commission communautaire française
Services du Gouvernement francophone bruxellois 
Rejoignez-nous sur :



FlickR  
Issuu  
Concours de textes
Concours Bruxelles je t'aime